Qui peut bénéficier d’une psychanalyse?

La démarche psychanalytique s’attache aux racines de la subjectivité. Cette démarche se distingue des autres approches psychothérapeutiques en ce qu’elle est centrée sur l’écoute et la recherche de compréhension en profondeur par le thérapeute, de ce qui constitue la singularité de chaque patient.

© Betty Goodwin, Swimmer, 1982. Avec l'aimable permission de la Galerie René Blouin, Montréal.

© Betty Goodwin, Swimmer, 1982. Avec l’aimable permission de la Galerie René Blouin, Montréal.

Elle convient aux personnes qui perçoivent comme relevant d’une cause intérieure plus ou moins confuse, les angoisses, inhibitions et conflits qui pèsent sur leur vie privée ou professionnelle. Elle est particulièrement indiquée dans le cas de dépression, de pensées obsédantes ou de rituels privés, d’isolement relationnel, de manque d’estime de soi, de stratégies d’échecs récurrents, de troubles de caractère, mais aussi de désordres alimentaires (anorexie, boulimie), de dysfonctionnements sexuels, ou encore de symptômes physiques n’ayant pas d’origine organique reconnue. Parce que ce sont des forces inconscientes qui sont le plus souvent à l’origine de ces troubles personnels qui peuvent accabler une personne, et du sentiment de malheur qui peuvent les accompagner, les conseils de proches, amis ou membres de la famille, la lecture de livres de psychologie populaire, ou les efforts de volonté n’apportent guère, dans tous ces cas, qu’une aide très momentanée.

La démarche analytique ne se prescrit pas comme un médicament. Le désir de se comprendre et l’intérêt pour sa vie intérieure sont déterminants pour entreprendre une telle démarche.

En dépit de la résistance, voire de l’opposition, dont la découverte freudienne a pu être l’objet, nous sommes persuadés, en tant que psychanalystes, de la puissance des forces au cœur de la nature humaine qui peuvent submerger l’être et l’entraver dans ses actions. Ces motions irrationnelles obscures interfèrent tant chez le sujet, que d’une façon plus générale, dans le collectif et le destin de la civilisation.

Informés par plus d’un siècle de pratique clinique, les psychanalystes ont appris à être sceptiques sur les promesses de réponses rapides aux difficultés éprouvées, ou autres traitements quasi miraculeux dont on nous annonce régulièrement la découverte.

À l’instar de Freud, et de nombreuses autres figures éminentes de l’histoire de la psychanalyse, S. Ferenczi, M. Klein, D. Winnicott, J. Lacan, W. Bion, A. Green,  nous croyons que la psychanalyse est une des démarches les plus puissantes pour acquérir une connaissance sensible de son monde intérieur, et grâce à celle-ci, se libérer des symptômes qui empêchent de vivre, améliorer ses relations avec autrui, accroître sa capacité de liberté, tout autant que son pouvoir d’aimer.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE